Le cadre genevois

Accompagner les enfants dans le cadre du DIP ?

Sensibilités et compétences individuelles des enseignant-e-s

Les parcours individuels et les formations des enseignant-e-s n’outillent pas encore ces derniers-ères de manière uniforme. Par ailleurs, les troubles de l’apprentissage et autres besoins éducatifs spécifiques n’ont pas de solutions pédagogiques « magiques » et universellement applicables.
Certain-e-s enseignant-e-s connaissent très bien les besoins éducatifs spécifiques ; ils/elles sont à même de mettre en place tout ce qu’il faut pour accompagner les élèves concerné-e-s.
D’autres cependant n’ont que peu d’expérience avec ces spécificités et ont besoin des parents pour avancer dans ce type de prise en charge. C’est aussi votre rôle de parents que de transmettre et partager afin de renforcer les compétences de chacun, pour le bien de votre enfant et celui des autres élèves concerné-e-s. Mais ne restez pas seul-e, faites-vous aider par votre Association de parents d’élèves, par la FAPEO ou par une association spécifiques (cf. ressources).

Le contexte législatif

Extrait de la loi sur les jeunes à besoins éducatifs particuliers – LJBEP

Art. 2 Définition – Besoins éducatifs particuliers

1 Est considéré comme enfant et jeune à besoins éducatifs particuliers celui qui présente une altération des fonctions mentales, sensorielles, langagières ou physiques entravant ses capacités d’autonomie et d’adaptation dans un environnement ordinaire. […]

Art. 3 Ayants droit

De la naissance à l’âge de vingt ans révolus, les enfants et les jeunes qui ont leur domicile dans le canton ont droit à des prestations de pédagogie spécialisée dans les conditions suivantes : […]
b) durant la scolarité obligatoire, voire au-delà : s’il est établi qu’ils sont entravés dans leurs possibilités de développement et de formation au point de ne pas ou de ne plus pouvoir suivre l’enseignement de l’école ordinaire sans soutien spécifique ou lorsqu’un autre besoin éducatif particulier a été constaté. […]
→ Cette loi signifie que les enfants ont DROIT à un soutien spécifique à leurs besoins, dès lors que ceux-ci ont été identifiés (c’est-à-dire diagnostiqués).

Services, offices et mesures officielles, avant / suite à la pose d’un diagnostic

Le secrétariat à la pédagogie spécialisée (SPS) : http://www.ge.ch/oj/sps.asp

  • A quoi sert-il pour les parents : il octroie des subvention pour les jeunes dont la scolarisation doit s’effectuer dans des institutions ou s’accompagner de thérapies individuelles telles que logopédie, psychomotricité, etc.

L’office médico pédagogique – OMP (site web)

  • A quoi sert-il pour les parents : L’OMP accomplit une mission d’aide aux enfants et aux adolescents présentant des troubles d’apprentissage, des troubles psychologiques, des défauts de langage, des affections nerveuses, sensorielles ou motrices. L’office offre également une aide dans les cas de polyhandicap, de troubles sensoriels comme la cécité, ou de troubles complexes comme l’autisme.

Mesures de soutien (cadre et directive)

  • Le DIP  et ses partenaires ont élaboré une directive commune à tous les degrés d’enseignement, qui vise à mettre en place des aménagements et soutiens scolaires nécessaires pour des élèves souffrants troubles d’apprentissages. Cette directive et sa procédure, entrées en vigueur en 2017, définissent les rôles et responsabilités de chacun des acteurs – parents, élèves, enseignants, autorités scolaires – dans toutes les écoles publiques genevoises pour les élèves ayant besoin de soutien dans leurs apprentissages. Cette directive remplace avantageusement l’ancienne directive “DYS” puisqu’elle couvre plusieurs troubles d’apprentissages qui avant n’entraient pas dans le cadre des mesures de soutien définies par ce texte.